Junkers Ju 88

Site de plongée (plongée sur épave)
France

2 Avis
Epave
Faune et flore
Difficulté

Informations sur l'épave

Longueur
Largeur
Hauteur
Nationalité
Construction
Naufrage
Cause
Nombre de morts
Type de navire
Propulsion
Tonnage

Conditions de plongée

Profondeur max
Courant
Visibilité

Quand partir ?

De Mai à Octobre

Histoire et disparition en mer du Junker JU88 à Marseille


Le Junker JU88 est un bombardier allemand de la seconde guerre mondiale dont 15.000 exemplaires environ ont été construits. Cet appareil a volé, pour la première fois, en décembre 1936 et devait effectuer différentes missions. Il était à la fois chasseur, bombardier en piqué, avion chargé de la destruction de chars, avion de reconnaissance ou chasseur de nuit. Cet avion de pointe à l’époque, mesurait 14,4 mètres d’envergure et 4,85 mètres de hauteur. Il pouvait attendre jusqu’à 640 kilomètres par heure et voler jusqu’à 11 000 mètres. Son équipage était composé de 2 à 6 membres et il était armé de 4 mitrailleuses et de 2 000 kilos de bombes. Sa présence dans les eaux proches de Marseille est due, très vraisemblablement, à une avarie qui a forcé l’équipage à effectuer un amerrissage d’urgence. Des ossements découverts par Luc Vanrel en 1989, prouvent que l’accident a été mortel pour un membre, au moins, de l’équipage.

Une des plus belles épaves d'avion de France


L'épave repose à plat sur le fond à une profondeur de 53 mètres. Contrairement au B17 de Calvi, le bombardier a très bien résisté à l’amerrissage d’urgence. On le découvre quasiment entier et en très bon état. La partie avant de l’avion est brisée au niveau du cockpit et la mitrailleuse avant a disparu mais les fauteuils ainsi que les instruments de bord sont toujours présents. L’aile droite a perdu son moteur alors que l’aile gauche l’a gardé mais les deux ailes ont perdu leurs hélices. Il est impressionnant de découvrir la cocarde allemande sur l’aile gauche. Prenez garde au filet de pêche attaché entre l’aile droite et la queue de l’épave. On peut observer de belles sabelles et d’imposants spirographes qui ont élu domicile sur l’épave laquelle est également visitée par des langoustes, des homards et des athias.

Poissons et espèces aperçues

Langouste
Homard


Votre avis
2 avis
14/12/2016

Si vous etes un fan de plongée sous marine allez y !
14/12/2016

Peu de faune mis à part des crustaucé. L'épave est petite mais une épave d'avion c'est toujours un plaisir, ça vaut le détour !
   Devis gratuit